Ce n’est désormais plus un phénomène de mode : 95% des Français interrogés par l’Ifop déclarent attendre que les entreprises s’engagent d’elles-mêmes en faveur des enjeux majeurs de la société. Et ça, les entreprises l’ont bien compris ! S’engager pour le “business for good” et avoir un impact positif sur la société est devenu une préoccupation majeure pour beaucoup d’entre elles. 

Dans l’optique d’accélérer ce mouvement, le mouvement B Corp soutient les entreprises souhaitant s’engager sur un chemin de transformation et devenir non pas les meilleures au monde, mais les meilleures POUR le monde.

C’est la première fois que vous entendez parler de ce mouvement ? Voici tout ce que vous devez savoir dessus !

L’origine du mouvement B Corp

Le mouvement B Corp (ou B Corporation) est né en 2006 aux Etats-Unis à l’initiative de trois entrepreneurs : Bart Houlahan, Jay Coen Gilbert et Andrew Kassoy. Souhaitant faire des entreprises une “force for good”, ils fondent l’association B Lab qui décerne le label B Corp : une certification pour les entreprises à but lucratif (for profit) qui souhaitent progresser et démontrer leur impact positif (for purpose) en étant évaluées sur leur performance globale tous les 3 ans. 

Le label B Corp est depuis devenu une certification internationale pour les entreprises qui répondent à des normes rigoureuses en termes de performance, de responsabilité sociale (RSE) et de transparence. 

“Une entreprise B Certifiée® ou B Corp™ est une entreprise qui respecte des normes sociales et environnementales élevées et s’inscrit dans une démarche de progrès”, explique B Corp France.

En France, le cabinet de conseil en stratégie UTOPIES est devenu la première entreprise certifiée B Corp en janvier 2014, et c’est suite à cette certification qu’UTOPIES s’est associé au mouvement pour lancer l’entité française de B Lab en janvier 2019.

Il y a aujourd’hui plus de 4000 B Corp à travers le monde, dont plus de 600 en Europe et plus de 150 en France. On compte parmi les B Corp en France de grands groupes tels que Danone, Veja, Valrhona ou Chloé, mais également de plus jeunes entreprises telles que La Ruche qui dit Oui !, Welcome to the Jungle ou encore Ulule

Chez Lemonade, nous avons reçu la certification B Corp avant même notre lancement aux Etats-Unis en Septembre 2016, devenant ainsi la première compagnie d’assurance au monde certifiée B Corp !

Identifier les raisons de son engagement

La plupart des entreprises s’intéressent notamment au label B Corp pour cadrer leurs pratiques de responsabilité sociale des entreprises (RSE). Si ce sujet ne vous dit rien, il est pourtant devenu de plus en plus courant avec la montée en popularité des entreprises intégrant des pratiques plus éthiques, sociales ou environnementales dans leur mode de fonctionnement.

Comme le définit la Commission Européenne (2011) :

La RSE est un concept qui désigne l’intégration volontaire, par les entreprises, de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes.”


En d’autres termes, les entreprises qui pratiquent la RSE ont pour but d’avoir un impact positif sur la société et de contribuer aux enjeux du développement durable. Depuis 2011, le gouvernement Français à d’ailleurs mis en place des législations pour renforcer la RSE, notamment la loi PACTE (Plan d’action pour la Croissance et la Transformation des entreprises) de mai 2019.

La loi PACTE propose aux entreprises françaises d’adopter une “raison d’être” (qui désigne une ambition d’intérêt général que souhaitent suivre les dirigeants) et de l’inscrire dans leurs statuts. Alors oui, inscrire une raison d’être dans ses statuts pourrait être instrumentalisé à des fins de communications ou pour attirer de nouveaux talents et actionnaires, mais en vérité, cela peut réellement servir de moteur dans la détermination de l’identité d’une entreprise et sa contribution à l’intérêt général.

“Après l’obtention de notre certification B Corp, nous avons continué de renforcer notre impact positif en formulant une raison d’être et en devenant officiellement une société à mission. La certification B corp est quant à elle, une reconnaissance concrète de nos 7 ans d’engagement pour une transformation positive et radicale du secteur de la communication par l’objet”, déclare Alexis Krycève, Fondateur et CEO de Gifts for Change et Haatch, cabinet de conseil en stratégie RSE.

Le label B Corp, un réel outil de pilotage

Vous vous en doutez, proclamer votre raison d’être à tout-va ne suffira pas à faire changer les choses. Une étude réalisée par Harvard Business Review indique que, pour la plupart des entreprises, il existe un écart important entre la conviction que la mission sociale (ou raison d’être) doit être ancrée dans l’organisation, et la capacité à réellement le faire.

Car après le greenwashing (utiliser des arguments écologiques pour se donner une image éco-responsable), la montée en popularité des entreprises à missions pourrait bien faire naître une sorte de “purpose-washing”. 

Alors oui, communiquer sur le business for good, c’est cool, mais c’est encore mieux quand on s’engage réellement. Et c’est tout le but de l’outil de mesure d’impact gratuit de B Corp, qui permet aux entreprises avec au moins un an d’existence d’évaluer l’impact de leur performance globale via un questionnaire, le Business Impact Assessment (BIA). 

Le BIA contient plus de 200 questions permettant une évaluation des entreprises dans cinq domaines : la gouvernance, les collaborateurs, la collectivité, l’environnement et les clients. Autant vous dire que devenir une “Entreprise B Certifiée®” n’est pas facile, car sur plus de 100 000 entreprises inscrites, seulement 4 000 sont détentrices du label ! Les notes de toutes les B Corp sont d’ailleurs transparentes et accessibles à tous

B Corp

 

Au-delà de l’obtention du label B Corp (qui permet de formuler, faire vivre et protéger sa mission), les entreprises certifiées développent un principe d’interdépendance. En effet, les projets entre entreprises B Corp sont privilégiés, car c’est quand même plus sympa de travailler entre entreprises qui se soucient réellement de leur impact sur la société qu’avec n’importe qui.

C’est par exemple le cas de Welcome to the Jungle, qui a, depuis sa certification B Corp en juillet 2020, établi des partenariats avec de nombreuses entreprises labellisées B Corp. Ces partenariats incluent par exemple Lemon Tri pour la mise en place du tri des déchets, ou encore le choix d’Enercoop comme fournisseur d’électricité de leurs bureaux. 

“Etre une entreprise B Corp, c’est faire partie d’un mouvement et d’une communauté vertueuse, nous explique également Camille Gourin, Responsable Marketing chez WattValue. Grâce au BIA, nous pouvons nous améliorer dans nos pratiques et également faire confiance quant aux partenariats que nous formons.”

Dans une démarche similaire de transparence et d’entraide, le gouvernement Français à mis en place la plateforme Impact, permettant à toutes les entreprises qui le souhaitent, de partager leur savoir-faire sur l’impact. Olivia Grégoire, Secrétaire d’Etat chargée de l’Economie sociale, solidaire et responsable, explique :

“L’entreprise ne peut maîtriser que ce qu’elle peut mesurer précisément, et elle a tout à gagner à la transparence. C’est une question de compétitivité aujourd’hui, et c’est l’ambition de la plateforme Impact.”

Vous l’aurez compris, les entreprises se souciant de leur impact social sont de plus en plus nombreuses, et le défi principal est désormais de faire en sorte que ces démarches soient présentes sur tous les projets engagés par l’entreprise. C’est ce que nous essayons de faire chez Lemonade, en ayant intégré le programme Giveback au cœur de notre modèle économique, et en souhaitant transformer l’assurance d’un mal nécessaire en un bien social.

Et c’est une mission partagée par la communauté B Corp, dont nous sommes fiers de faire partie.

Share